Mon dernier post sur Ma page Facebook, " Gégé triathloune pour le plaisir et la santé " ... Je fais un peu de pub au passage, a suscité quelques réactions. Je remercie d'ailleurs les personnes qui ont bien volontiers répondu à mon petit message. Leur intérêt me touche, car c'est toujours dans le sens de m'encourager et me motiver. Ça permet aussi des échanges sur  l'aspect triathlon en particulier et comment on a envie de la pratiquer.

Mon poste disait ça : 

"Voilà, le Nature Man Var vient de passer dans la catégorie des triathlons que je ne peux pas faire ! En tous les cas, pas pour l'année 2018 !

Parcours vélo trop exigeant et temps limites trop limites ! Quand je dis trop, c'est trop pour moi .... J'imagine bien, que parmi vous il y en a qui trouve cela tout à fait accessible...

...ce qui me donne matière à réfléchir "

Ma première réaction, quand j'ai appris que le parcours vélo avait changer, a été de me dire que la surenchère de la difficulté devenait pénible. En effet, voilà quelque temps maintenant que des triathlons de plus en plus dur, fleurissent. Je pense en particulier à l' Alpsman,(qui à la réputation d' être le petit frère du Northman,Triathlon XXL très très dur en Norvège, que des thriathlètes rêve de faire ! ) et il y en a d'autres. Il y a aussi les existants pour lesquels on change les parcours pour les rendre plus dur ! 

Cela me posait un problème parce que du coup, je ne pouvait plus y participer, parce qu' aujourd'hui, dans la configuration de vie que j'ai, je n'ai pas les moyens de me donner un niveau de participer à cette épreuve.

Les avis et les opinions d'autres triathlètes, avec qui j'ai échangé, m'ont donné à réfléchir. Surtout je me suis aussi rappelée pourquoi je faisais du triathlon ! 

Le triathlon m'apporte beaucoup de satisfaction, beaucoup d'épanouissement. J'aime le pratiquer sans pression, sans frustration, pour rester dans le sport santé. J'aime m'entrainer. Passer du temps sur Vitus, les pieds dans les Lucettes, d'ailleurs, qui lu cru, qu'un jour je dirais ce genre de chose... Non mais allo quoi .... ,  aimer passer du temps à courir quoi.. Moi !!! Et pourtant, finalement j'adore ça. Et surtout, j'aime faire des aller-retour en piscine ou dans un lac au milieu d'un espace vert et naturel ! 

Tout cela m'amuse beaucoup ! 

Alors en quoi la difficulté d'une course enlèverait tout ça ! Le chemin a emprunté n'est t-il pas plus important que le résultat ! Je n'ai jamais eu peur d'échouer... Un jour on m'a dit, quand je préparais le L de Vouglans, de ne pas y aller, car ça allait être dur et que je n'etais pas sur de finir. J'ai répondu à l'époque, que je n'allais pas passer à coté du plaisir de faire cette course par peur d'échouer. De plus, pour la petite histoire, je n'ai pas échoué et c'est une grande satisfaction personnelle, rien d 'autre ! 

J'en reviens donc au débat, et finalement ma deuxième réflexion est de me dire qu' il y a des triathlons dur, d'autre moins. Des qui le deviennent, pour un an, pour tout le temps ! Et que ce n'est pas un problème. Pour ma pars, je pense que chacun doit pouvoir  pratiquer sa discipline comme il l'entend. Et que des courses dur, il en faut aussi, pour les caïds ou pour les moins performants. Et que chacun peut prendre le départ de la course qu'il veut. Et dans prendre le plaisir qu'il veut ! Ce qui me dérange plus par contre, c'est ceux qui viennent me dire que le score est plus important et que finir premier ou avant l'autre est essentiel ! Mais ça, c'est un autre débat, et ce n'est pas celui là !!!

En fait, c'est malhonnête de ma part de dire que ".Voilà, le Nature Man Var vient de passer dans la catégorie des triathlons que je ne peux pas faire..., parce qu' aujourd'hui, dans la configuration de vie que j'ai, je n'ai pas les moyens de me donner un niveau de participer à cette épreuve."

Déjà, 1, parce que je me cherchais des excuses, 2, je cherchais à me justifier et de 3  parce que je laissais entendre que par la faute de l'orgaisation, j'etais privée de ce triathlon ! 

En fait ça ne me pose pas de problème.. Je ne le ferais pas cette année non plus parce que, ma vie de famille, personnelle, l'éloignement, le coup, en fait un triathlon encore compliquer pour moi à faire cette fois-ci, et non pas parce qu'il est difficile.

Je ne me bille pas, je ne le fais pas cette année encore, mais mon heure viendra ! Parce que je rêve ce triathlon, pour sa grande beauté, pour cette force que je pourrais prendre dans cette nature que je pourrais un jour fouler. 

Et pour en revenir à mon " matière à réfléchir..." ce pourrait être du coup, le L de Royan, en fin de saison, prêt de chez moi... Ben oui pourquoi pas ! Ou tout simplement rester sur un seul L cette année, celui de tours ! Car finalement est-il vraiment nécessaire de faire tout ça, surtout si je case quelques S et M !!! 

Je verrais bien, suivant mes envies en fil de la saison...! 

Sur ce je vous souhaite une belle journée, et je m'envais préparer mon compte rendu de ma dernière course nocturne d'hier !

A très vite !